Transport public urbain : un marché qui bouge

Mercredi 1 Juillet 2020

Chaque année, l’UTP étudie les évolutions du marché du transport urbain en suivant les appels d’offres et les changements de mode de gestion. Cette étude fait l’objet d’une note.
En 2019, sur 35 appels d’offres 15, soit 43%, ont abouti à un changement d’opérateur (1).

Le secteur des transports urbains : un marché dynamique
En 2019, 23 % des contrats (hors Île-de-France) ont été mis en concurrence. Sur les 35 appels d’offres, 15, soit 43 %, ont abouti à un changement d’opérateur et 20, à la reconduction du contrat avec l’opérateur en place. Un résultat qui témoigne de la vive concurrence et du dynamisme des opérateurs dans le secteur des transports urbains.

Les différents modes de gestion
En France, 87% des réseaux de transport public urbain sont exploités en concession de service public et de ce fait, les autorités organisatrices passent régulièrement des appels d’offres. Les contrats sont d’une durée d’au moins 7 ans. De 2005 à 2019, les autorités organisatrices ont ainsi passé 255 appels d’offres, dont 75 (soit 29%) se sont traduits par un changement d’opérateur.

Sur cette période, 19 réseaux (soit 12%) ont changé de mode de gestion :

  • 17 réseaux sont passés en mode de gestion directe (EPIC ou Société Publique Locale) ;
  • 2 réseaux sont passés de la gestion directe à la gestion déléguée.

Consulter la note « Concurrence dans les transports urbains en 2019 et depuis 2005 », accessible à tous.

 

(1) L’étude porte sur 155 réseaux adhérents à l’UTP, hors Île-de-France.